Une maman indigne…

DSCN0494
Moi !
C’est comment je me sens, ou comment certaines personnes me jugent (indirectement) lorsqu’on parle de médication et de TDAH. Je suis de celles qui a un fils diagnostiqué TDAH depuis l’âge de 7 ans, je suis de celle qui a choisi de lui donner du ritalin (au départ) pour l’aider à l’école et à la maison, je suis de celles que l’on juge parce que je choisis “l’option facile”.
À chaque fois, j’enrage quand je vois ces commentaires. Ça me blesse profondément et je me sens comme la pire maman sur la planète. Une maman sans convictions, qui ne se bats pas pour ses enfants, comme si donner de la médication était une option simple qui règle tout dans la vie. Malheureusement, ce n’est pas le cas. La médication ne règle pas les angoisses, les peurs, les inquiétudes, le stresse, l’intimidation, les pleurs… et même elle ajoute des effets secondaires, et on s’en passerait.
Mais quand ton enfant te regarde découragé et qu’il te dit “maman, j’arrive pas à gérer ce qu’il y a dans ma tête, il y en a trop”, tu sais que ça ne fonctionne pas. Quand l’école s’inquiète parce que les notes baissent, quand la majeur partie du temps Gabriel n’a pas d’amis ou ne les garde pas, quand tout est un jeu avec du bruit et qu’on a souvent l’impression qu’ils sont douze dans sa chambre à se taper dessus, alors qu’il est tout seul !!!Quand traverser la rue est un challenge (va-t-il penser à regarder avant de traverser?). Quand les récréations servent à reprendre les travaux qu’il n’a pas fait, quand les punitions ne donnent rien (et sachez que je suis assez sévère en général), quand les devoirs ne se terminent pas avant 22 h voir 23 h le soir. On s’en sort juste pas. Je me rappelle, lors d’une soirée, alors que tous les enfants s’endorment à 23 h, voir Gabriel continuer de courir partout à 3 h du matin.
Oui j’étais dépassée, oui j’étais découragée. Je savais plus quoi faire. Combien de fois j’ai du appeler info social (je le fais encore!!) pour trouver des solutions. Combien de fois je rencontre professeurs, intervenants, psychologues et directeurs d’écoles pour aider Gabriel. Quand le fameux “appel privé” apparait sur l’afficheur et que t’as plus le gout de répondre parce que “mon dieu, qu’est-ce que Gabriel a encore fait!”
Je voudrais m’assoir et vous expliquer ce que je sais sur le TDAH, sur sa dose (qui n’a pas changé depuis qu’il a 7 ans), sur les préjugés (médicamentation qui stimule et non qui calme !), sur comment moi je vis une journée quand Gabriel ne prend pas son médicament. Ce que nous vivons depuis 9 ans, ce que Gabriel subit à cause de ça. Pourquoi ça serait différent des diabétiques qui prennent de l’insuline pour gérer leur diabète ? Je porte bien des lunettes parce que je vois rien au loin ?!
Oui j’enrage dans ces commentaires plates là. Oui ça me tue. Mais oui je devrais m’en foutre comme l’an 40. Mais dans ces moments là j’ai juste envie de vous louer Gabriel, sans médication, une seule journée. Je vous garantie, personne n’ arrive plus que deux heures ! Nier ne règlera rien, et faire comme si de rien n’était non plus à mon avis. J’ai décidé de donner un coup de main à mon garçon pour qu’il devienne quelqu’un de bien et qu’il réussisse. Parce qu’à 16 ans, même s’il y a d’autre soucis qui se pointent, Gabriel est un ado qui cause beaucoup moins de soucis que plein d’autres enfants. 
Posez des questions, demander, jaser. Mais sachez que comme chaque parent qui a pris la décision, je l’a pas fait de gaieté de coeur. Oui j’ai pleuré devant le pédiatre parce que je voulais dont pas ! Je suis sortie comme un zombie de la clinique avec la prescription à la main, j’en revenais pas. Je pouvais pas ! J’étais un monstre ! Je suis un monstre ! Et quand j’ai vu ce petit bout de choux, pas très grand, prendre sa dose, devenir calme, fonctionner et réussir ses devoirs en moins d’une heure, voir les notes remonter…. le voir différent, wow ! L’équivalant d’un poids gigantesque venait de se retirer de mes épaules. J’étais (eh oui) soulagée ! 
Quand on “s’invente” des convictions profondes, sans avoir jamais vécu une situation et lorsque celle-ci se présente, je pense qu’il est important de ne pas se fermer des portes par conviction. Mais d’envisager toutes les solutions possibles qui se présente à nous. Pour aider du mieux que nous pouvons nos enfants. J’essaie d’éviter les convictions parce que vu ce que j’ai vécu, la vie m’a souvent jouer plus d’un tours !
Y a des évènements qu’on ne peut pas juger tant qu’on est pas dedans, dedans jusqu’au cou. Alors essayons d’éviter de critiquer des gens qui font leur maximum.Au lieu d’extrapoler sur “moi j’aurais fait ça !”. Assoyons-nous et jasons ! Devant un bon café, c’est tellement rassembleur d’ailleurs Rire
Note: Gabriel a 16 ans cette année, je sais pas pourquoi, il a beaucoup changé et tout ça est rempli d’espoir pour le futur. Sa dose de fin de semaine est plus faible que la semaine. On espère un jour (il se peut aussi que ça ne se fasse jamais) que la médication ne sera plus nécessaire.
Un vidéo qui explique super bien ce qu’est le TDAH.

254 commentaires

  1. Allo Looange! Si ça peut te rassurer pour le futur de ton garçon, voici mon histoire!
    J'ai été diagnostiqué TDA (pas de H pour moi quoi que…) à l'âge de 19 ans. Ma neurologue m'a dit que ça pouvait être différent lorsque je serais enceinte, en ménopause ou à tout changement hormonale. Effectivement, dès que je suis tombé enceinte, pooouf!!!, plus de TDA!! YÉÉ!!! mais dès que j'ai arrêté l'allaitement, et même un peu avant, c'est revenu. C'est peut être ce qui est en train de se passer avec ton gars. Ses hormones changes, il devient de plus en plus un homme, peut-être que ça fait diminuer son TDAH? Ça pourrait être une question à pauser au doc!

    Pis si ça peut te soulager, tu as fais le bon choix en le médicamentant… tu lui a donné la possibilité d'être comme les autres et même mieux!

    J'aime

  2. Merci!! On reçoit depuis l'année dernière de l'aide en psychoéducation et la psychologue péd. va bientôt aussi travailler avec lui en individuel au CLSC. On a voulu essayer le maximum de stratégies avant de passer à une médication et j'ai insisté pour une évaluation complète en psychologie avec le soutien de la neuropsychologue du département d'oncologie pédiatrique pour bien départager les sources affectives et neurologiques. On revoit notre médecin cet automne, je vais demander de consulter avec l'équipe de pédopsychiatrie s'il reste des doutes. Nous sommes prêts à essayer une médication. Le stress a certainement accentué les manifestations comportementales mais les signes de TDAH sont présents depuis la toute petite enfance. La psychologue nous a dit que tout enfant qui aurait une évaluation comme la sienne serait médicamenté tout de suite, mais que ce sont ses antécédents médicaux qui causent l'hésitation. Après 3 ans et avec toutes les démarches et l'aide qu'on a reçu, on est prêt à essayer autre chose. Ce qui me fait rire jaune ce sont les commentaires des gens à l'effet que la médication est donné en premier recours. On peut tout à fait témoigner du contraire et nous sommes rassurés et reconnaissants malgré tout de la prudence de notre spécialiste 🙂 On est loin de vouloir droguer le petit parce qu'il bouge trop à l'école!! L'école même est d'un grand support et des moyens sont en place depuis la maternelle. Enfin, on a un garçon sensible (très sensible) généreux, intelligent et affectueux qu'on adore et peu importe qu'il ait un TDAH ou pas, nous sommes tellement sensible à cette réalité que je vais toujours militer pour une meilleure compréhension et un meilleur soutien des familles aux prises avec cette réalité.

    J'aime

  3. Bonjour et bravo pour votre courage qui illustre bien votre investissement dans la vie de votre fils.

    J'ai entendu parler du fait que alimentation peut jouer un rôle important dans le comportement des enfants atteints d'un TDAH. Vous êtes vous renseignée sur la pyramide alimentaire ? avez vous rencontré une diététicienne à ce sujet la ? je me dis que dans un cas pareil il faut limiter au maximum le sucre et le gras par exemple et faire attention aux protéines. C'est une solution parmi tant d'autres et je pense qu'effectivement la médication en est une aussi.
    Je ne m’estime pas du tout connaisseur dans ce domaine mais je fais parti des gens qui pensent que ce médicament est prescrit de manière trop automatique ce qui ne me semble pas être le cas dans votre situation. Par exemple, aujourd'hui un pédiatre peut prescrire cela sans même demander l'avis d'un pédopsychiatre ce qui est, selon moi, irresponsable.
    Qu'on se comprenne bien ; je ne suis pas en train de juger les parents qui font le choix de la médication, je comprend qu'on prenne cette décision et je la respecte. Mais, comme on le sait, cette médication, en plus d'avoir des impacts positifs dans la vie des enfants qui la prennent, a de nombreux effets très négatifs.
    Je travaille dans le domaine du social, et j'ai pu constater dans le cadre de mon travail que de nombreux enfants médicamentés pour ces troubles sont stigmatisés ; je m'explique par un exemple ; un comportement inadéquat d'un enfant (qui est pourtant quelquefois lié aussi à leur âge ou à d'autres raisons non perçues par les adultes ayant constaté 'l'infraction') ne trouvera pas la même réponse de l'adulte si l'enfant est médicamenté ou non et cela me pose question ('c'est normal il a un TDAH' 'as tu pris ta médication?'). J'ai réussi dans certains cas à permettre à des enfants de cesser leur médication, ce qui s'est avéré très positif, et j'ai aussi encouragé d'autres parents à consulter des professionnels compétents pour leurs enfants ; pour très très peu d'entre eux, de la médication de type ritalin leur a été prescrite. Donc je ne suis pas catégorique à ce sujet la. Je pense cependant que de nombreuses solutions alternatives existent telles que le sport (je trouve d'ailleurs très grave qu'il puisse y avoir si peu de sport à l'école), l'alimentation saine (ou oubli macdo!), la limitation de la TV et des jeux vidéo, le plein air.
    Quelqu'un prenait l'exemple de la France ; il se trouve qu'en France, les gens sont dans les plus gros consommateurs d'antidépresseurs au monde par exemple mais sont pourtant en train de réfléchir à l'interdiction du ritalin du aux nombreux effets néfastes tels que troubles de la croissance et problèmes cardiaques.
    Je constate aussi que de nombreux problèmes de comportements des enfants repérés à l'école trouvent leurs solution dans ce fameux TDAH avant même d'explorer d'autres pistes.
    Je trouve que la démarche de ce site est très bonne mais il me semble que une des idées de ce site est de dire qu'on ne doit pas reprocher aux parents les choix qu'ils font et les stigmatiser comme leurs enfants peuvent l'être ; le discours de l'anonyme 1 ne me semble pas aussi dur que certains ont l'air de le penser et illustre, selon moi, un certain rejet des parents qui sont contre la médication. Le but de ce site n'est pas, j'espère, de se faire une guerre d'opinions mais un partage de solutions.
    Pour finir, il me semble que dans un monde idéal, avec assez d'information et de soutien adéquat, notamment envers les familles et les professionnels scolaire, une très petite minorité d'enfants bénéficieraient de cette médication qui est prescrite de manière trop automatique à mon goût.

    Félicitation encore pour cette belle démarche.

    J'aime

  4. Mon fils vient d'avoir 7 ans. Nous venons tout juste d'entreprendre une démarche en psychothérapie car il a besoin de soutient. Je suis extrêmement d'accord avec ce que tu dis. Mon fils avait 4 ans quand il a été médicamenté car c'était flagrant qu'il souffre de TDAH. Quel soulagement en effet! Merci!

    J'aime

  5. Et bien!!! Nous sommes sur le même mode de vie ma chère!!!! Mon fils TDHA avec troubles anxieux..ma fille TDHA accoté dans le plafond avec TOC et anxiété généralisé et possiblement borderline!!!! Moi la mère TDHA et anxiété diagnostiqué à 42 ans!!! C'est un long chemin sinueux que nous parcourons pour avoir des service et diagnostique en santé mentale….Les neurotransmetteurs ne transmettent pas l'information correctement au cerveau des TDHA !!! Ce n'est pas une tare!!!! L'effet combiné de la médication, et de diverses thérapies comme: l'ergothérapie, la psychologie, le coaching familiale, aident au « recadrage » et normalise le fonctionnement de notre pensée, de l'impulsivité, le l'hyperactivité….Les centaines de RV …Généraliste, pédopsychiatre à Ste justine, santé mentale jeunesse, encore pédopsy…Essai de médications…sevrages…essais/erreurs…Bataille à l'école….avec enseignants pour avoir un plan d'intervention quand l'enfant ne fonctionne plus au bon rythme….Demande d,aide à la commission scolaire pour du soutien pédagogique…Changement de classe au secondaire pour un Programme pour enfants ayant des troubles d'apprentissage et TDHA (ce programme s'appelle TREMPLIN) … Commentaires désobligeants de la famille…des amis…Du genre :Moi si c'était mon enfant…Blablabla….Mais c'est MON ENFANT! Alors, j'ai choisi de ne pas baisser les bras, de faire des recherche, de faire toutes les thérapies proposées, de faire des essais/erreurs, de participer à des conférences, de lire TOUT les ouvrages dur le sujets et d'outiller mes enfants pour passer au travers, à vivre avec, à développer des stratégies…A chaque problème, il y a une solution…C'est notre mantra familiale! Ceux qui ne sont pas content ,c'est leur problème…Je garde mon énergie pour ceux que j'aime plus que tout au monde…Chez nous ce n'est pas tabou….On gère le tout comme le diabète ou l'alcoolisme!!!! Un jour à la fois!!! Mon grand à aujourd'hui 18 ans… Il fait un DEP en soudure et il est heureux!!!! Je suis résiliante…et je fais des ACCOMODEMENTS RAISONNABLES tout les jours!!!! Marie, maman-TDHA Borderline!!!! parent d'enfants TDHA/bipolaire et Borderline!!!!!

    J'aime

  6. J'ai dû retenir mes larmes en vous lisant. Mon fils a commencé une médication il y a tout juste 2 mois, après plusieurs années dificiles. J'étais une de celles qui avaient des préjugés et j'ai dû me résigner. Ça a changé notre vie, à lui (lui-même voit le changement) et à tout son entourage. Son estime est meilleure, ses résultats scolaires très bons et à l'école je n'ai que des éloges côté amélioration du comportement. Certes, il y a certains effets désagréables, dont la diminution de l'appétit mais les bénéfices l'emportent. Merci d'avoir partagé cette histoire. Ça fait du bien de savoir que nous ne sommes pas seuls… 🙂

    J'aime

  7. Bon courage. J'ai vécu un parcours semblable avec mon fils – mais moi étant le papa, séparé de la mère qui ne voyait pas les choses du même oeil, cela a pris un certain temps avant que les professionnels m'écoutent. Mais la persévérance a mené à des succès. Tout comme << Anonyme >> ci-dessus, mon fils, avec l'aide disponible, a surmonté. Il est maintenant âgé de 28 ans et très bien établi dans la vie. Des succès attendent ceux qui ne lâchent pas et continuent de travailler pour surmonter.

    J'aime

  8. Bravo pour le courage et la détermination, les gens qui jugent sont des ignorants se pensants supérieurs aux autres…, C'est vrai que cette solution est pour le bien de l'enfant, mais il faut s'attendre sans le souhaiter, que cet enfant dévéloppes de sérieuses dépendances à d'autres substances et dérivés médicamenteux… Je le sait par expérience personnelle, c'est à se demander à la fin si il n'y aurait pas d'autres solutions possibles qui risques moins de miner la santé à long terme ?

    J'aime

  9. Je partage tellement votre vécu et votre commentaire. Ça représente tellement ce que vivent les parents qui ont au moins un enfant TDAH. Moi, j'ai le bonheur d'en avoir 2 un TDA et une TDAH. Que de beaux moments nous vivons à chaque jour dans l'impulsivité et dans l'anxiété. Personne ne peut nous juger sans avoir marché dans nos souliers. Personne. Si la médication peut les aider à mieux se sentir eux-même et soulager la famille par le même fait, pourquoi pas??? La vrai question n'est pas pourquoi la médication mais POURQUOI PAS la médication???

    J'aime

  10. je peux vous dire que dans se cas la par expérience que si c'était a refaire je le ferrais encore même si cela a couté ma relation d'avec le père qui n'étais pas d'accord oui j'ai deux fils un qui avait énormement de besoin de cette médication cas l'époque et qui a 23 ans est encore médicamenté pour avoir une vie plus évolutive et être bien dans son être entier et mon autre lui en a eu juste un peu mais aurrait selon moi due en avoir un plus plus longtemps car c'était un enfant avec un qi plus que la normal mais sé retrouve a pas completer son secondaire après plusieurs année et le fait la très tranquillement en plus de travallier a temps plein il aurais pu avoir une carrière qu'il aurait aimer plus mais voyer vous la il est limiter dans ces choix pour l'instant

    J'aime

  11. Malheureusement les gens croient connaitre nos parcours et celui de nos enfant! Et je crois que c'est le plus dur de se sentir jugé par rapport à nos enfant. Le soutien que l'on s'attend d'eux ne viendra jamais, il faut vivre ce que nous vivons comme famille pour comprendre. Il faut avoir la force de se dire « je vous emmerde » et bien réaliser que c'est le combat de plusieurs parents et enfant atteint de ce syndrome ou du SGT. Bref nous donnons tout ce que nous pouvons donner.

    J'aime

  12. Bravo pour ton texte a essayer d expliquer le tdah si toi tes une mère indigne, moi je suis quoi mon garçon a commencer le bifentin a l âge de trois et demi il est transféré au stratera et en plus il a du risperdale le soir car il dort pas si non j ai essayer le naturelle es ses peine perdu. il es en attente de la pédo psychiatrie pour tdah et syndrome gilles de la tourette donc imagine toi qu il a les tics, et en plus il envoie des phrases pas très belle et en plus il peu frapper .mais même avec sa médic il est quand même actif , mais il est maintenant capable de faire des casse tête de se concentrer sur certaine chose. en tout k moi aussi je peu le prêter a quelqu un peut être vont t il comprendre que ses pas dans notre tête et que sa rend service a ton enfants. quand un enfant de trois ans te dit maman ma tête va pas bien et la toi de lui dire pourquoi et lui de te répondre sa va trop vite maman dans ma tête. sa fesse quelque peu disons qu après tu sort de la chambre pi tu va brailler un coup. mais sa personne qui ne le vit , peu passer un commentaire négatif mais ses que le monde son pas capable de se mêler de leurs affaires et il serait surement pas capable d endurer nos enfants plus de 2 heures en lignes sans se plaindre. quand nous comme parent le fessons. Mélanie

    J'aime

  13. je suis entierement daccord avec toi jai moi meme trois garcon qui ont un diagnostique semblable et a qui jai du flancher et donner la medication leur note a grimper les devoir prenne moins de temps beaucoup moins de punition car il sont attentif a se que lont dit les gens qui nont pas denfants avec ce probleime ne comprenne pas.

    J'aime

  14. C'est la même chose avec la dépression, le monde y croit pas. « Ben t'as juste à te botter le cul. » J'ai entendu ça souvent. Mais un dérèglement chimique dans le cerveau c'est quelque chose de physique. On ne peut pas l'ignorer et dire que ça va passer. Pour pouvoir changer, il faut d'abord régler ce qui ne va pas physiquement. Je connais quelques personnes qui se sont fait diagnostiquer rendu à l'âge adulte, qui n'ont pas fini le secondaire à cause de leur trouble de concentration. Ces personnes là ont pu retourner à l'école, et avoir de nouveau un avenir.

    Oui il y a probablement de mauvais diagnostics, mais je dirais que ces mauvais diagnostics se font le plus souvent dans les familles défavorisées ou dysfonctionnelles, là où les enfants sont, scusez mon franc parlé, mal élevés.

    Je pense que l'important c'est de savoir que tu as fait le bon choix en tant que parent et que ton enfant va avoir un avenir réussi. Le but d'un parent est que son enfant devienne un adulte épanoui et qui a atteint son plein potentiel.

    Félicitations d'avoir donné une chance à ton enfant dans la vie.

    J'aime

  15. Félicitation pour cet article. Je reconnaissais tellement mon histoire dans ce que tu as écrit. Nous avons essayé toutes les thérapies inimaginables, avons dépensé de l'argent que nous n'avions pas et des forces dont nous avions tant besoin. Finalement c'est la médication jumelée à énormément de soutien qui a fonctionné.
    Mes enfants avaient tout deux un déficit d'attention mais chez eux cela se manifestait surtout au niveau de la concentration. Ils sont aussi dyslexiques. Je crois que la médication leur a permi de faire leurs études et aussi d'apprendre la vie.
    Tu as écrit un texte qui va aider bien des mamans. Et tu as eu le courage de faire ce qu'il fallait pour ton enfant. Bravo !
    andrée laplume

    J'aime

  16. Vous savez, il y a des enfants qui en ont vraiment besoin. Le problème, n'est pas à ce niveau là. Moi, ou je vois un problème, c'est quand pratiquement tout les enfants se font diagnostiquer hyperactif,trouble d'attention,etc. Pour la simple raison que les professeurs veulent avoir la solution facile pour régler le problème. La solution serait facile, faites les bouger dans les écoles. L'activité sert à dépenser de l'énergie et aujourd'hui, il y en a pratiquement plus dans les écoles. Moi, je ne juge pas les parents. Moi-même, il voulait me diagnostiquer hyperactif à l'école dans les années 80 et bien ma mère leur a répondu : il n'est pas hyperactif, il est juste actif et il a besoin de faire du sport et de bouger. Donc, je n'ai jamais pris de Ritalin. Et je remercie ma mère. Mais, il y en a vraiment qui en ont de besoin et d'autre que non. Aujourd'hui, j'ai trois garçon et je plains celui qui va venir me dire que mes enfants ont un problème d'attention ou d'enfant hyperactif. Car, ils ne le sont pas.

    J'aime

  17. Mère indigne? Ma mère a été est toujours une de ces mère indigne qui nous a donné à moi et mon frère du ritalin (concerta pour ma part). Dès l'âge de 8 ans on m'a diagnostiqué; je n'avais pas d'ami(e)s ou je ne les gardaient pas et les quelques ami(e)s que j'arrivais à me faire parfois étaient les « rejets », les gens peu fréquentables, bref ceux qui n'apportaient rien de bon dans la vie. Mes notes chutaient, j'oubliais toujours mes devoirs à l'école et, lorsque j'arrivais à penser à les emmener à la maison, c'était la guerre! Mon petit cerveau travaillait si fort toute la journée à l'école à comprendre les leçons, à rester concentrée et calme et je devais continuer pendant quelques heures le soir?! Ma mère était découragée! Mon père était totalement contre la médication, ma mère a du lui tenir tête et me médicamenter malgré tout car elle n'en pouvait plus de voir qu'on était 20 dans ma tête à jouer à tout ce qui semblait plus intéressant que le sujet sur lequel je devais me concentrer! Mais demandez-lui, à mon père aujourd'hui ce qu'il en pense…. Mes notes ce sont améliorées, j'ai des ami(e)s; j'en ai peu, mais je les garde! J'ai terminé mon secondaire avec des résultats bas mais satisfaisants; j'ai fait 2 ans au CEGEP dont 1 an en éducation spécialisée. J'ai quitté non pas à cause de mes résultats ou de mon état mais simplement parce que je ne me voyais pas dans ce programme. Je viens tout juste d'obtenir mon DEP en secrétariat, j'avais un emploi (un employeur qui est venu me chercher à l'école!!!) avant même d'avoir terminé mes stages; je vis seule en appartement, j'ai un copain, bref, j'ai une vie normale, comme vous, et personne ne peut deviner le calvaire qu'il y a dans ma tête quand je ne suis pas sous médication. J'ai 22 ans. On a diminué ma dose de concerta il y a 3 ans, je fonctionne normallement mais oui, j'ai encore besoin de médication et je ne sais pas si je pourrai arrêter un jour. Est-ce que ça me dérange? Non! Sans ma médication je ne vois pas comment j'aurais réussi mes études si le primaire était déjà si compliqué pour moi! Petite précision pour mon DEP: J'ai obtenu mon diplôme avec une moyenne générale de 95%! Mère indigne? Ah bon! Moi qui pensait qu'une mère faisait ce qu'elle croit qu'il y a de mieux pour ses enfants, c'est ce que la mienne a fait et je ne pourrai jamais la remercier assez d'avoir tenu tête à mon père et à tous ceux qui la critiquait! Merci maman de m'avoir donner ma chance dans la vie!

    J'aime

  18. Merci d'en parler. Je suis une de ces personnes avec un TDAH et j'en ai souffert, imaginez en 1970!!! J'ai décroché en secondaire 3. Mais j'ai toujours bien réussi et je me trouves encore différent des autres, sensible et intelligent, curieux, ingénieux, observateur et une ouverture d'esprit. J'ai toujours trouvé le monde limité dans leurs convictions et leurs raisonnement. J'ai des enfants avec un TDA et ils sont correct aujourd'hui. Le fait de le savoir règle bien des choses. Un de mes garçon n'a jamais pris de médication, il a 38 ans maintenant, mais celui qui a 23 ans a cessé sa médication il y a un an. Il voulait être lui-même. Il doit être plus vigilant, prendre des notes avec plus d'attention. Ils sont brillants. Yvanhoe Caissy

    J'aime

  19. Dans mon cas, le prof et la directrice me demandaient avec insistance de consulter un médecin afin que mon fils prenne quelque chose pour l'aider à se concentrer, puisque peu participatif en classe. J'étais réticent parce que je n'ai aucun problème avec mon fils qui a un caractère très doux et dont je n'ai jamais a répéter les choses. Finalement, après avoir passé tous les tests et plusieurs centaines de dollars plus tard, le diagnostique fut un probable manque de motivation! Je me suis rendu compte dernièrement que mon fils avait probablement hérité ce déficit d'attention de moi. A l'école, et notamment durant mon bacc, je devais reprendre mes cours et relisant de façon autodidacte tous les chapitres donnés de façon théorique en classe. Nos enfants n'ont pas cette discipline hélas…

    Le but de ce commentaire n'est pas de dénigrer quoi que ce soit. Je sais que pour certains enfants hyperactif, entre autre, cela les aides beaucoup et tout le monde autour d'eux mais j'ai trouvé choquant cette demande insistante des enseignants dans le cas de mon fils. Bonne chance, car je crois que pour ceux dont l'école est facile, c'est un vrai cadeau du ciel!

    J'aime

  20. Merci de ton témoignage! J'ai un déficit d'attention non diagnostiquée, mais je prends des antidépresseurs à cause d'un trouble anxieux et il m'aide. Je me fais autant marteler par les jugements. Je dirais que ce n'est pas une solution facile, mais une solution difficile à prendre à cause de tous les jugements qu'on peut recevoir, des autres et de soi-même aussi. Et que dire de la culpabilité de ne pas avoir réussi à s'en sortir sans… Merci d'avoir partagé votre histoire, ça va en aider et encourager plusieurs qui vivent avec des problématiques similaires!

    J'aime

  21. Bonjour,,,ma fille a été diagnostiqué TED non spécifique a l'age de 4 ans. Apres beaucoup de recherche sur internet et ailleurs, voici ce que nous avons fait: Éviter le GLUTEN ET LACTOSE a 100% ,prendre de tres grande quantité d'huiles OMEGA 3 (huiles de poissons), 4-5 fois les doses recommendé au moins 3 fois par jour et ajouter du MAGNÉSIUM ET SÉLÉNIUM avant le coucher par alterence.En moins de 8 mois notre fille a été guéri , d'une maladie supposément incurable. Elle a maintenant 10 ans , nous suivons la meme recette et elle va a merveille,,,je dirait qu'elle est guéri a 95 % au moins….Croyez le ou non !!!! Je n'ajoute pas de commentaire plus que ca parce que depuis des années ,,,je me fais juger pour ma facon de faire meme si cela fonctionne a merveille,,,nous gardons cela secret maintenant. Je suis anonyme car je sais pas comment le faire autrement,,loll

    J'aime

  22. moi aussi jai un fils atteint du tdah depuis la maternelle maintenant il est en 5eme année et il est toujours sur medication je pas toujours de repos vive avec un enfants qui vis avec sa

    J'aime

  23. J'ai lu la plupart des commentaires et j'avoue que je suis pour et contre! J'ai toujours été contre la médication de presque toutes sortes et je dois dire que le « ritalin », etc….. ne m'enchante guère. Cette façon de vouloir tout controler me perturbe un peu. Par-contre, je dois aussi avouer que j'ai un garçon (14 ans) qui est prit du TDAH. J'ai vu les résultats avec et sans médication. J'aimerais beaucoup que mon garçon prenne sa médication mais il ne veut pas, il n'aime pas du tout les effets secondaires. Voyez-vous, je suis contre mais forcé d'admettre qu'il en a de besoin. Ses notes dégringolent, ils ne sait pas la plupart du temps sur quel pied danser, il n'a pas de concentration, n'est pas capable de ce faire des amis et n'est pas capable d'être responsable. Je vois un futur sombre pour cet enfant et je ne peut rien y changer. Je ne peut le forcer à le prendre, je l'ai déjà fait et ça c'est terminé par des crises de larmes et des menaces…… Que faire pour ça?

    L'école s'est essayé à plusieurs reprises pour la médication et la seule réponse qu'ils faut leurs donner: Je me fout de ce que tu veux, la seule personne à qui je pense, c'est mon garçon, pas à votre patience!

    J'aime

  24. Je suis de tout coeur avec toi ! Moi aussi mon fils de 7 ans est atteint du tdah avec trouble d'attachement ! Je sais que c'est pas facile d'être obliger de lui donner une médication mais depuis qu'il est médicamenté mon fils fait ces journées a l'école ! Avant, 4 fois semaine je devais réveiller bébé qui dort pour aller chercher mon fils a l'école car l'école ne pouvait le garder ! Ce qui veux dire pas de travail pour moi et rester constamment devant le téléphone a attendre le fameux coup de téléphone me disant : venez chercher votre fils madame ont ne peux le garder dans cet état ! Il est rendu en troisième année et commence a s'intéresser a la lecture et a faire ses travaux ! Il est médicamenté depuis seulement 1an et demi et je passe enfin du vrai temps de qualité avec lui et j'ai moins honte de l'emmener magasiner ce que je ne pouvais me permettre a cause de ses crises avant ! Nous sommes des maman et nous voulons que leur bien être ! Jugez ou pas maintenant je m'en fou car mon fils avance dans la vie et il est mieux dans sa peau !!!!

    J'aime

  25. Je suis orthopédagogue, et j'ai vu toutes sortes de degrés de TDA et de TDAH. Quand le degré du TDA/H est assez sévère pour que l'enfant n'arrive pas être fonctionnel, quand son estime de lui est en baisse parce qu'il vit des échecs multiples, quand ses relations avec son entourage sont affectées par son TDA/H, quand il y a danger qu'il décroche parce qu'il n'en vient pas à bout : la médication joue très souvent un rôle vital. Et je pèse mes mots. J'ai vu des cas où c'était l'avenir de l'enfant qui était en jeu. Quand on voit mal, on porte des lunettes. Quand on combat une infection, on prend un antibiotique. Quand un enfant voit la qualité de sa vie diminuée par le TDA/H, on lui administre un médicament… Et bien souvent, on change sa vie pour le mieux. Bravo maman!!

    J'aime

  26. Si de choisir ses batailles dans la vie, c'est de d'opter pour la solution « facile », alors je suis aussi une maman indigne à bien des égards… mes enfants n'ont pas de problématique particulière, mais mauzusse que desfois je choisi l'option qui ne correspond pas à ce qui est écrit dans les livres sur les bons parents. Hier, j'ai donné des bonbons avant le souper à mes enfants… j'en ai 3. C'était le bordel et oui! J'ai cédé!!! Tiens, prenez-vous chacun un bonbon pis achalez moi pu! Mon exemple est bien niaiseux en comparaison avec ce que vivent les parents aux prises avec un enfant qui vit avec une problématique X… mais je comprends, valide et surtout, ne juge pas les parents qui, comme toi, choisissent d'avoir une meilleure qualité de vie plutôt que de céder à la pression sociale anti médicament……….. Quand, au moment de faire le bilan de ta journée, les moments désagréables et gobbeurs d'énergies sont booooooooocoup plus nombreux que les moments agréables, arrive le jour où tu n'en peux juste plus… et l'enfant non plus. Un enfant (et ce, qu'il ait un trouble X ou pas) qui dérange les autres et qui est devenu une personne que les autres ne veulent plus côtoyer, ben ça s'adonne qu'il le sait et que ça a des impacts sur lui. Quand l'enfant agit volontairement, c'est une chose, mais quand, il n'a pas le contrôle de ses agissements, réactions, etc…. ouf!!! quelle anxiété pour lui! Pas très bon pour l'estime et la confiance en soi.

    À un enfant diabétique, on donne de l'insuline. À un enfant qui a un trouble qui résulte souvent des mauvais fonctionnement chimique au cerveau, ben on donne du Ritalin! That's it! Ce n'est pas de la drogue, c'est un médicament pour l'aider à aller mieux. Je souffre d'anxiété généralisée depuis que je suis toute petite. C'est à 25 ans, que j'ai pété les plombs assez pour qu'on se préoccupe de ma santé mentale. La médication m'a alors sauvé la vie… littéralement… et Ô quel soulagement pour ma famille qui devait composer avec mes troubles de l'humeur… et depuis ce jours (10 ans plus tard), essayez de m'enlever mes pilules pour voir!!! Quand je prends, je vais bien. Quand je ne les prends pas, ben je vais pas bien! C'est aussi simple que ça. Parlez-moi de psy, de méditation, de relaxation… ben, ça s'adonne que je suis psychothérapeute… pour ce qui est de la méditation et autres blablabla, ben quand tu fais une crise de panique, le problème est JUSTEMENT que tu as tendance à focusser sur toi ou sur un sujet bien précis et surtout, tu n'arrives plus à t'en décrocher. Ce n'est pas rationnel du tout… alors, méditer = crise de panique encore plus… autrement dit, ceux qui savent mieux que moi comment je devrais me gérer, je dis merci, mais mêlez-vous donc de vos affaires!

    Comme maman, on fait du mieux qu'on peut et toujours en souhaitant offrir ce qui a le mieux pour nos enfants. Y a toujours quelqu'un par contre qui sait tout mieux que tout le monde et que « si c'était mon enfant, en tout cas, je te dis que je ferais pas ça de même… » À toutes ces personnes dépourvues d'empathie et de respect, je réponds: Ben justement, c'est PAS ton enfant!
    Bonne nuit 😉

    J'aime

  27. Merci de ce beau témoignage. Cela m'a fait bcp de bien de voir que je ne suis pas la seule à être blâmer parce que, à cours de solution, j'ai dû en venir moi aussi à la médication pour mon enfant. Encore aujourd'hui, ma belle-famille ne cesse de me remettre en question sur ce choix, me faisant sentir moi aussi de mère indigne !

    J'aime

  28. pas facile de toujours ce faire juger. J ai 45 ans et je prends du concerta depuis maintenant 9 ans et je peux dire que s`a changer ma vie. je suis beaucoup plus présente en esprit et non physiquement seulement envers mes enfants et mon conjoint et quand j oublie ma médication mon entourage le remarque. et oui ma vie a changer pour le mieux. J ai été diagnostique à la suite du diagnostique de ma petite dernière qui a également tdah.

    J'aime

  29. Je ne crois pas que vous soyez une mère indigne, j'ai un fils de 6 ans et il ne doit pas être facile de gérer des petits bouts de choux qui ont réellement ce problème. Je pense que si les gens ont une si mauvaise perception par rapport entres autres au ritalin c'est plutôt à cause du nombre alarmant de prescription faites au Québec. Selon les chiffres que j'ai pu voir 44% des prescriptions sont ici au Québec et il y aurait 1 millions de personnes dans la province qui en aurait une. 1 Québécois sur 7 serait donc atteint du TDAH? alors qu'on considère qu'environ 4 à 8% des gens sont normalement atteint!! De plus est-ce que tout ceux qui ont le TDAH ont réellement besoin de médication? Je vous souhaite bon courage avec votre fils et je crois pouvoir comprendre comment vous vous sentez. Néanmoins il faudrait peut-être revoir les procédures pour prescrire des médicaments, de toutes sortes.

    J'aime

  30. Anonyme un : ici anonyme 2 à l'appareil.. (j'ai pourtant signé mon nom à la fin aviez vous lu jusqu'au bout?!)
    1-Je suis étudiante en neuropsychologie et j'ai (surprise..) un TDAH moi même alors n'allez pas croire que je « comprend rien »
    Je ne vous attaquais pas.. bien au contraire.. j'encourage vraiment l'approche bio-psycho-sociale et je suis parfaitement consciente que les médicaments ne sont pas pour tous.. Comme la dit Looange, il y a des effets secondaires. Comme vous dites il peut exister des solutions alternatives.. N'aller pas faire ce que je reproche justement le plus a la communauté scientifique : sur généraliser mes propos..

    2-Jai dit que la vague de « je suis intolérant au lactose » était vraiment exagérer et non généralisable.. Pour faire un parallèle clair sur la généralisation de « le TDAH c'est X problème et il existe UNE solution.. non!
    NON!!…
    Pourquoi?! non? parceque le TDAH ce n'est pas juste un diagnostique.. c'est une personne.. Une personne avec son environnement, un enfant ou un adulte qui a un problème d'attention peut aussi être une personne très anxieuse ou en déficit ou une personne qui à un sommeil merdique à cause d'une mauvais synchro des rythmes circadiens.. un personne .. Vous savez.. derrière les diagnostique.. il y a un humain! et une réalité.. desfois on à tendance a l'oublier..

    Pour le lactose.. (Mon avis a moi juste a moi applicable a moi pour moi et non aux personnes vraiment intolérante au lactose) :
    En fait.. Je crois personnellement que le lait est important particulièrement pour nous au québec car l'hiver nous prive de vitamine D et elle est un morceau important au niveau cognitif et que l'apport de minéraux disponible dans le lait est très important.. allez relire mon texte.. Le lactose était loin d'être mon standing la dedans..

    Alors je vais clarifier aussi..
    1-la dopamine ce n'est pas une hormone.. ni un neuro hormonne..
    2-Les mécanismes qui expliquent le tdah actuellement sont des hypothèse! Hypothèse = on va peut-être faire une découverte incroyable qui va tout chambouler.. (on a une hypoactivtion dopaminergique dans des aires particulière.. on a aussi une réponse plus faible a certains signaux a l'EEG mais qui dit que la réponse c'est la dopamine et non une mauvais assimilation des substrats nécessaire?)

    Je dit que justement on tombe parfois dans les généralisations.. le sur diagnostique et la sur médicamentation..

    ET LA!!! Je ne parle pas de VOTRE cas qui est SPÉCIFIQUE !
    Bon, alors Je termine sur une note de résumé..

    Nous n'avons ni bonne ni mauvaise réponse sur la marche a suivre dans le cas d'un TDAH mais en général.. un parent souhaite le meilleur pour son enfant.. et ce que je constate c'est que Anonyme ET Looange vont dans le sens de « ce qui est bien pour lui! » alors en ce sens! chapeau a vous 2 et j'ai beaucoup de respect pour vous 2 n'abandonnez pas la serviette les jugements et les blabla sont si facile donc.. au nom de votre enfant, merci de le prendre (et de l'avoir pris) au sérieux dans cette étape de sa vie.. c'est crucial

    Merci.. et désolé l'emportement si il y a.. je crois que j'ai eu un p'tit élan de colère devant la réponse du : on voit bien que tu piges rien..

    J'aime

  31. Bravo d'avoir écrit ce partage de votre réalité à toi et Gabriel. Je suis convaincu que ça permettra de sensibiliser les gens à ce que c'est le tdah et ainsi permettre aux gens une meilleure compréhension, le remède aux jugements. Mon demi frère a un tdah, il a reçu du ritalin dès l'âge scolaire et l'a arrêté au cégep. Aujourd'hui il a 27 ans et il est ingénieur. Je te dis Bravo et courage, tu es une merveilleuse maman. Gabriel est chanceux de t'avoir dans sa vie!!!!

    J'aime

  32. Courage, j'ai vécu la même chose que toi en tant que mère et mon fils a 19 ans aujourd'hui… il est toujours sous médication, il a fait son chemin, sinueux, difficile, mais il continue et avance dans la vie. Aux parents d'enfants TDAH, de grâce, n'écoutez jamais rien d'autre que votre cœur de mère, les jugements des autres sont destructeurs, alors faite donc à votre tête, vous saurez quoi faire quand le moment est venu. Bonne continuité!

    J'aime

  33. J'ai vécu cette situation voila plus de 25 ans.J,ai eue 3 fils.Les deux plus vieux ont 13 mois de différence.Ils ont été diagnostiqué vers l'age de 4 et 5 ans tous les deux.L'enfer était chez moi et je ne comprenais pas pourquoi. Mon mari et moi ne savions plus quoi faire.Quand le médecin nous as annoncer cette nouvelle ont se pensais de mauvais parent.Le médecin nous as bien fait comprendre que nous n'avions rien à nous reprocher. Ont as donc eu recours à ce médicament.Laisser moi vous dire le bien que cela as fait à ses petits.Tout cela pour vous dire que malgré tout ils ont réussie leur vie. Le premier travaille en mécanique industrielle et l'autre à sa propre compagnie.Alors s'il faut passer par certain médicament pour donner un avenir à ses petits faite le.Le jugement de ceux qui ne savent pas ce que c'est ne doit en rien vous faire sentir coupable. Bon courage ma belle et dit toi que le soleil fini toujours par nous atteindre une fois l'orage passer.D'une grand-mère heureuse d'une décision prise voila 25 ans.

    J'aime

  34. De mon humble avis, un des gros problème avec les enfants et le ritalin, c'est que beaucoup de parents ne voit pas le ritalin comme une aide pour aider l'enfant à surmonter ce qui se passe dans sa tête, mais plutot comme un break pour les parent pour que leur enfant leur foute la paix (j'en connais malheureusement pour qui c'est le cas). Le fait de donner le ritalin pour aider l'enfant à rester concentrer n'est pas mal en soi, si le parent continue de s'impliquer et de donner du temps à l'enfant, mais bien des parents le font pour avoir la calisse de paix de l'enfant et c'est malheureux. Le ritalin est un support et non une gardienne. Je crois que c'est ce qui fait que beaucoup de gens jugent, c'est parce que trop de parents s'en servent de la mauvaise façon, remarque, ces parents ne doivent pas plus prendre le temps de s'occuper de leurs enfants n'ayant pas besoin de ritalin. Dans mon entourage proche, il y a un couple qui justifie que leur enfant a besoin de ritalin, il est vraiment pas du monde, je me dois de l'avouer. Par contre, une journée ou je passais, et il était trop content de me voir, un de ses copain est passé et ne voulant pas partir parce que j'y étais, il lui a dit 'Peux tu me crisser la paix une heure ou deux'' finalement, c'est tout ce qu'il entend de la bouche de sa mère, avale ton ritalin pis crisse moi la paix. Ben non, ça marche pas de même, oui prend ton ritalin, ensuite on va s'assoir ensemble et passer au travers de ses travaux d'école difficiles, etc… Il y a beaucoup de ce monde là qui veulent donner le ritalin pour 'avoir la calisse de paix'et malheureusement pas que de bons parents qui veulent donner le ritalin pour 'aider l,enfant dans sa vie de tous les jours »

    J'aime

  35. Je ne comprends pas les gens qui font passer les parents qui désirent aider leur enfant pour des cinglés. Sachez que les écoles , comme les parents, ne veulent qu'une chose , c'est que les enfants soient heureux. Si vous dites que les échecs scolaires, les récrés perdues et les difficultés sociales sont un moindre mal, vous êtes sans coeur madame, car c'est de dépression que souffrira votre enfant avant longtemps. Vous dira-t-il merci maman de m'avoir laissé souffrir à cause de tes convictions? Il y a des cas non médicamentales, c'est sur et il y a des cas légers qui peuvent dans certaines circonstances se passer de médicaments. Quand j'entends des animateurs de radio dire que du sport réglerait tout, je me dis qu'un stage au primaire leur ferait du bien pour qu,il sache de quoi ils parlent! Franchement, faut être complètement stupide pour penser qu'un parent qui medicamente son enfant le fait a la légere sans avoir tout tenté avant.

    J'aime

  36. TDA ou TDAH, les gens qui jugent ne savent tellement pas de quoi ils parlent. Heureusement depuis qu'il y un réel diagnostic possible et une médication disponible, il y a beaucoup moins de classes ''d'élèves à problèmes'' dans les écoles. Des enfants qui arrivent à réussir parce qu'ils ont un réel potentiel, les capacités psychologiques mais comme d'autres ont besoin d'insuline ou encore de lunettes, ils ont besoin de Ritalin, de Concerta ou de Biphentin. Non ce ne sont pas des parents indignes qui choisisent la médication mais des parents qui ont à coeur l'avenir, l'estime de soi et la réussite de leurs enfants. Pour ceux qui n'ont pas encore assez d'ouverture d'esprit pour comprendre et qui se permettent de juger, c'est eux qui sont mal renseignés et qui font pitié…

    J'aime

  37. Bonjour, je veux te dire que je comprends ta situation car mon fils est aussi diagnostiqué du TDHA. Je lui ai médicamenté a contre coeur il avait 3 ans et a 16 ans il voulait arrêter. Aujourd.hui, il a 24 ans et il retourne aux études pour son DEP et a commencé un école de métier en mécanique automobile. Je peux dire qu'aujourd'hui, ses idées sont clairs et mature.

    Je pourrais te raconter sa vie ainsi que la mienne avec lui mais je sais que tu la connais.
    Courage 🙂

    J'aime

  38. Je vous comprend très bien , je me suis battue pendant plusieurs années je refusait que mon enfant sois médicamenté, la il prend du concerta j'ai vu un gros changement. Il es plus calme autant dans ses agissement que dans ses conversations. Il es suivis par un pédiatre Il a 15 ans. J'ai essayé plein de produit dit naturel c'est de la bulshite. Mon fils semble plus heureux maintenant et il obtient des note qu'il n'as jamais eu au secondaire style 83 en Math. Donc pour le moment jusqu'as la fin de ses études a moin de contre-indication du pédiatre il vas continuer. Au contraire de ce que une certaine personne peut penser j'aime mon fils et je suis contre les médicaments mais la je veux l'aider donc c'est ça. A l'age adulte il décidera s'il continue ou pas mais a ce moment la, il saura surement savoir gérer son problème et s'il le faut il continuera.Il es suivi aussi par la physcologue de l'école pour apprendre a gérer son anxiété donc avec ses outils il pourra surement un jour cesser, étant donné qu'il n'est pas a haut niveau.

    J'aime

  39. Bonjour,
    mon fils de 8 ans à été diagnostiqué en mai dernier. Il avait baisé de 76 à 52 à l'école. Faire des devoirs était un combat quotidien, autant pour lui mais aussi pour moi. Il faisait du Karaté et lorsqu'il ne parvenait pas a comprendre et exécuter les mouvements toute suite, il en pleurait. Toujours négatif envers lui même et bien plus. Après avoir demander une première expertise auprès de notre médecin de famille, qui nous a remis un formulaire ridicule de 30-50 questions le résultats n'était pas concluant et je me suis fait dire de lui faire faire + d'exercices! En mars j'en ai eu assez et j'ai décidé d'aller consulter une psychologue spécialisé chez les enfants. Voilà que le diagnostique est tombé. Je peux vous dire que j'ai été soulagé. J'était heureuse de voir que mon enfant n'était pas « débile » lorsqu'il ne comprenait pas une chose qui pour NOUS semblais si simple. Aujourd'hui, nous avons du plaisir a faire les devoirs qui ont passé de 2h de cri, de larmes ect… à 30 minutes à 45 min. Ces notes ont passé de 52 à 74. Je le vois heureux et accomplis. JAMAIS je ne regretterai d'avoir écouté mon cœur de mère et j'en suis fière. Facile de juger quand ont est pas dans ds la même situation et chaque personne à SA propre capacité à la gérer.

    J'aime

  40. Wow, je ne peux comprendre certains humains qui ont une facilité déconcertante pour juger les autres sans porter leurs culottes. Ils leurs seraient beaucoup plus difficile d'aider les êtres humains comme toi qui ont un fardeau sur les épaules au quotidien. Je ne sais pas si ce que j'écris va t'aider, mais soit assuré que ton courage ne peut être jugé mais uniquement admiré. Ce que tu es, ce que tu crois, ce que tu vis doit guider tes pas, tes pensées au quotidien. Je t'admire pour ce que tu vis. Je t'admire pour le courage d'avoir exprimé, d'avoir partagé ton quotidien et les misères que tu vis. Dis-toi que ceux qui s'amuse à juger sont très petits, voir même tout petit, même infiniment petit car ils n'ont malheureusement pas ton courage et c'est leurs façons de ce sauver de leurs responsabilités en projetant sur les autres leurs faiblesses.
    Ne lâche pas et garde ton énergie pour toi et ton fils, ignore les commentaires des petits(humains).

    J'aime

  41. Ma petite-fille a le TDAH. Pour fonctionner au sein d'un groupe telle que l'école, la famille, les cours de gymnastique, les activités parascolaires et les loisirs pendant l'été elle a besoin d'être médicamentée. Quand elle est seule et qu'elle bénéficie de toute l'attention une dose oubliée ne fera pas de différence mais ce sera un cauchemar si elle se retrouve en compagnie de d'autres personnes adultes ou enfants. Quand mon fils avait 8 ans, il était un enfant dérangeant à l'école. Il n'y avait pas de diagnostic de TDAH à l'époque et j'ai dû le placer à l'école privée afin de l'aider à fonctionner. Aujourd'hui, il est médicamenté mais je crois qu'il garde des séquelles de toutes ce années où il a dû se débrouiller seul avec son TDAH. Avec le temps et la médiation, peut-être pourra-t-il avoir une vie plus saine.

    J'aime

  42. je suis un petit garcon de 11 ans et je vie avec le TDAH et tout le monde me disais mais ce n'étais pas de ma faute. Après, j'ai commencer a prendre du NOVO METHYLPHENIDATE (ritalin),le lendemain, tous le monde me disais (tu es un ange). Depuit ce temps la, je travaille fort a l'école. Mais j'ai de la difficulté a me faire des amis. J'ai juste des filles commes amies et je pogne les naires vite.

    J'aime

  43. je te comprend a 100 % ma garnde fille est diabetique depuis l age de 5 ans et mon garcon est tdah hyp (conserta) diagnostique sur papier a 4 ans ,,,mais a 2 ans c etais déjà l enfer ,,,depuis 6 mois a ste justine pense qu il est gilles de la tourette ,,,il faut toujours pousser a l ecole pour les services ,,,le sport est une bonne alternative mon garcon a maintenant 9 ans et est dans une quipe elite ,,,et a beaucoup d amis et est aimer de tous ,,, sans medication sa vie ne serias que troubles peines et violence ,,,,bon courage pis lache pas

    J'aime

  44. Ce n'est pas une maman indigne … mais une pauvre maman qui ne connait pas l'histoire de la psychiatrie … une maman trompé par les differentes authorités infiltrés par le dogme psychiatrique. Le TDHA est un canular et les psychiatres ne peuvent meme pas bien l'expliqué eux-memes lorsqu'ils se présentent a la cour de justice. Le ritalin qui est un amphitamine comparable et 7 fois plus puissant a la cocaine, n'est pas precris pour aider les jeunes. Cela n'a rien a avoir avec AIDER. C'est une histoire horrible de creation d'une clientele toxicomane pour du $$cash$$. Une recente étude paru dans le journal de Montreal, confirme que le ritalin n'améliore pas les résultats scolaires. La population est tres mal informé car l'industrie de la
    Pschiatrie- pscho/pharmaceutique monopolise le ''savoir'' et l'information sur ce sujet. Les ventes de psychotropes rapportent plus de 330 millards par an. Ce n'est pas tout ! Avez-vous une idée qui a inventé cette pschiatrie ? Vous pensez peut etre a des medecins, et bien non ! Il s'agit en fait de banquiers ( banques a chartes ) du meme groupe de ceux qui controlent la dette de notre pays. Ils controlent completement nos vies et, se foutent éperdument de votre santé ou de la santé de vos enfants. Ils ont des ressources financieres trop incroyable qui leur permettent de faire censurer l'information des médias, voila pourquoi vous n'entendez presque jamais la vérité. Ils peuvent aussi attaqués vicieusement les gens qui ossent dire la vérité.
    Voici 2 excellents sites avec lesquelles vous pouvez vous renseignés adéquatement : site internet du psychiatre Peter Breggin : breggin.org site internet de la commission des citoyens pour les droits de l'homme : fr.cchr.org

    J'aime

  45. Wow! Je te lève mon chapeau pour avoir pris cette décision pour aider ton garçon. Je suis enseignante et malgré ma petite expérience de 6 ans, je peux dire que trop de parents se ferment les yeux sur les problèmes neurologiques de leur enfant parce que, oui, le TDAH est un problème neurologique tout comme la dépression. Le cerveau ne fonctionne pas aussi bien qu'il le devrait et cela affecte beaucoup d'aspects de la vie. Je comprends à 200% le sentiment ressenti lorsqu'on voit un enfant (ou soi-même) changer pour le mieux grâce à une petite pilule qui aide le cerveau à mieux fonctionner. Ne te juge pas trop sévèrement et soit fière de ta décision. Ton fils est la preuve que celle-ci était, et est toujours, la bonne décision. 🙂

    J'aime

  46. Les gens sont toujours bien pressés de juger, mais ne savent pas comment sont nos enfants dans le quotidien. Ils sont tellement pressés de nous dire comment eux règleraient le problème… J'ai vécu des situations similaires avec mon fils (pas un TDAH, mais le jugement reste le même). Nous avons aussi eu recours à une médication, dans notre cas temporaire et cette médication a permis à notre fils de reprendre confiance en lui. Y serions-nous arrivés autrement? Personne ne peut le dire. Mais je peux dire avec certitude la souffrance morale de mon fils a été soulagée, puis guérie avec le début de cette médication. Je ne regrette rien.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s